fbpx
Menu Fermer
je n'arrive pas à écrire

Si régulièrement tu te dis “je n’arrive pas à écrire” sans comprendre pourquoi, je revêts ma casquette de coach à nouveau pour te parler des bugs de ton cerveau, en particulier ceux qui te causent des blocages d’écriture. Car oui, ton cerveau a quelques bugs qui t’empêchent d’écrire… mais tu peux aussi les tourner à ton avantage !

Les besoins de ton cerveau selon Le Bug Humain de Sébastien Bohler

Pour écrire cet article, je me suis basée sur Le Bug Humain de Sébastien Bohler. J’ai beaucoup de critiques envers cet ouvrage, notamment pour les problématiques liées à la nourriture et à l’écologie, mais le trouve plutôt pertinent sur sa vulgarisation du fonctionnement de ton cerveau… et de ses bugs !

Ton cerveau est câblé pour la survie

Notre cerveau, à qui nous devons d’avoir réussi à faire survivre notre espèce jusqu’à nos jours, est câblé pour des besoins primaires destinés à se nourrir, se reproduire, acquérir un statut social, préserver notre énergie et nous informer (dans le but de survivre, toujours). Ce sont ces deux derniers besoins qui m’intéressent aujourd’hui et on va commencer par l’énergie !

Je n’arrive pas à écrire… car mon cerveau économise mon énergie

femme mains sur la tete

Ton principal ennemi pour écrire le roman de tes rêves, n’est ni ton emploi du temps surchargé, ni ton manque de sommeil, ni ta progéniture ou ton conjoint.e qui s’évertuent à avoir besoin de toi…

Non, ton principal ennemi, c’est… ton cerveau, qui a été pensé pour te faire économiser de l’énergie dès qu’il peut. En d’autres termes : LA FLEMME.

Je t’en parlais dans un précédent épisode (Pour écrire et publier ton roman, change tes pensées) : écrire, c’est difficile. On se confronte à la page blanche, on se creuse les méninges, on sort de notre zone de confort. Notre cerveau préfère économiser de l’énergie et va trouver toutes les raisons qui peuvent nous empêcher d’écrire – hé, tu n’avais pas une lessive à faire ? – allez, encore un petit épisode … Tout ça, tu le sais déjà. En revanche, ce que tu ne sais peut-être pas, c’est qu’il est aussi responsable de notre perpétuelle insatisfaction.

La perpétuelle insatisfaction de l’écrivain due à un bug du cerveau

femme triste ordinateur

Sébastien Bohler fait ce constant impressionnant dans Le bug humain : lesquels des neurones déterminent si un animal est disposé à obtenir une récompense s’il a fourni un effort ? Les neurones de la récompense ou ceux de l’effort ? Hé bien… aucun de ces derniers. Il s’agit en effet d’un troisième groupe de neurones, ceux qui mesurent le rapport entre récompense et effort. Et privilégient le rapport entre une récompense maximale et un effort minimal. Tu comprends mieux pourquoi les nouvelles technologies visent à nous faciliter la vie à tout prix ?

En d’autres termes, on sera très peu satisfait d’avoir écrit quelques lignes de notre roman après un gros effort. En se levant plus tôt pour écrire avant de commencer notre journée, par exemple. Dans le cas d’un effort minimal, on sera un poil plus satisfait.

En revanche, si ces lignes sont deux fois moins nombreuses, mais sont les dernières d’un chapitre, voire même de notre livre, on sera extrêmement fier.

Sébastien Bohler parle aussi du fait qu’un résultat anticipé ne procure pas de plaisir, seulement le fait de dépasser ce qui est prévu. Donc tenir la session d’écriture qu’on avait prévue ne nous satisfera pas outre mesure, on sera fier seulement si on dépasse l’objectif fixé !

Ce que j’aimerais que tu retiennes, c’est que l’insatisfaction perpétuelle que tu peux ressentir vis-à-vis de l’écriture est … tout à fait normal. Et même un signe que ton cerveau fonctionne bien !

En revanche, tu peux quand même faire quelque chose pour contrer le mécanisme : on en parle juste après ton besoin d’information.

Je n’arrive pas à écrire à cause des réseaux sociaux : quand ton cerveau s’affole

Je te parlais du dernier besoin de ton cerveau : le besoin d’information. Logique, pour un animal devant survivre en pleine nature, de chercher à rassembler le maximum d’informations sur son environnement. Moins logique dans notre société moderne. Et pourtant, notre cerveau est encore câblé pour !

Dans le Bug Humain, Sébastien Bohler dit que pour le cerveau, un stimulus contient une information dès qu’il signale la présence de quelque chose d’intéressant. A savoir, lié aux besoins dont je te parlais plus haut (nourriture, reproduction, statut social ou un danger menaçant sa survie). L’information étant capitale pour notre survie, nous avons évolué pour favoriser les cerveaux les plus assoiffés d’informations.

Cette soif d’informations peut expliquer notamment que tu as du mal à te concentrer pour écrire. Nous ne sommes pas vraiment câblés pour écrire pendant une heure, deux heures … C’est pourquoi je conseille de faire de courtes sessions (vingt minutes par exemple) entrecoupées de petites pauses.

Cumule les informations et le statut social, et tu obtiendras les réseaux sociaux, un piège dans lequel il est si facile de tomber quand la flemme d’écrire pointe le bout de son nez !

Comment déjouer les bugs de ton cerveau : remplacer “je n’arrive pas à écrire” par des astuces

Instaurer des rituels pour économiser de l’énergie

Si tu te souviens de l’épisode 1 du podcast, je te disais que les habitudes économisent de l’énergie à notre cerveau. A toi donc de te créer des rituels qui ancreront l’habitude d’écrire dans ton cerveau ! Et si tu buvais un thé, allumais une bougie avant chaque session d’écriture ? Quel que soit ton rituel, il permettra à ton cerveau “d’enclencher le mode écriture” et de moins rechigner à s’y mettre.

bullet journal ecriture
Tu peux aussi ouvrir ton Bullet Journal…

Objectifs simples et récompenses

Je te parlais de récompenses : notre cerveau est encore câblé pour les adorer. Quant aux petits objectifs, non seulement je t’en ai parlé dans l’épisode 1 du podcast (je te résume ça vite : les petits objectifs sont faciles à atteindre !), mais ils te permettront également un meilleur ratio effort/récompense.

Choisis ton objectif facile à atteindre pour cette semaine, ou encore pour aujourd’hui. Comment pourrais-tu te récompenser à l’atteinte de ton objectif ?

Je te garantis que ton cerveau va adorer et que ta motivation va redoubler.

Détox des distractions

J’y ai consacré un long article sur le blog : Comment se concentrer pour écrire avec la déconnexion des réseaux.

Pour faire simple, je te conseille d’éloigner ton téléphone au moment d’écrire et de fermer toutes tes fenêtres hors celle dans laquelle tu écris. Tu peux également installer une application comme Forest qui t’empêche de consulter ton téléphone quant tu écris. Et si tu as du mal à lâcher ton téléphone pour t’y mettre, je te conseille Appblock, qui bloque certaines applis (comme Instagram par exemple) à partir d’un certain horaire ou d’une durée d’utilisation par jour.

Muscler sa volonté

Bon, tout ça, c’est bien beau, mais si tu n’as pas envie d’écrire, peu importe si tu éloignes ton téléphone et te promets une récompense. J’aimerais te parler d’une expérience bien connue en psychologie : l’expérience du marshmallow. Je l’avais étudiée lors de ma formation de coach de vie, et Sébastien Bohler la cite également.

Dans cette expérience, des chercheurs ont donné à des enfants un marshmallow chacun. Si l’enfant résistait à l’envie de le manger, il en obtienait deux autres en guise de récompense… au bout d’une certaine durée d’attente. Les chercheurs ont ensuite étudié la durée pendant laquelle chaque enfant résistait à la tentation, au prix d’une lutte intense contre lui-même car il s’agit d’aller contre nos pulsions primaires. Sébastien Bohler cite d’autres expériences similaires sur des adultes, où le marshmallow est remplacé par de l’argent. Dans tous les cas, les personnes ayant réussi l’expérience obtenaient un meilleur succès professionnel et social.

Dans le cas de l’écriture, la patience est indispensable. Mais le jeu en vaut clairement la chandelle : tenir ton livre dans les mains, le publier chez un éditeur que tu aimes – et je te promets que tu y arriveras si tu persévères – vaut largement ces sessions d’écriture ! Te motiver à écrire maintenant, c’est t’engager pour ton futur d’écrivain.

Alors ce que je te propose, c’est d’attraper ton ordinateur ou un carnet, et d’écrire quelques lignes. Même si elles n’ont pas de rapport avec ton projet du moment. Envoie à ton cerveau ce message : je passe à l’action ! Essaie de le faire régulièrement pour muscler ta volonté.

Après tout, l’écriture d’un livre n’est qu’une suite de moments d’écriture comme celui-ci…

L’épisode t’a plu ?

Tu peux me laisser 5 étoiles sur Apple Podcasts ou Spotify pour me soutenir ! Voici comment laisser un avis sur l’application Apple Podcasts.

👋 Je m’appelle Ingrid, je suis auteure et diplômée en écriture créative. Rejoins la communauté des auditeurs du Café des Auteurs sur jecrisunroman.eu/hello pour écrire avec nous et causer écriture, correction et édition !

Pour aller plus loin

La motivation pour écrire ne sert à rien

Ecris ton livre jusqu’au bout, la formation phare de J’écris un Roman pour boucler ton livre cette année

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.